Home

DWS08E07_Kill The Moon poster

Petit nouveau dans l’équipe créative de Doctor Who, Peter Harness fait des débuts tonitruants en signant un scénario remarquable pour un épisode inoubliable tant il s’attache avec brio à l’essence de la série et du personnage pour mieux en bousculer les fondements et secouer les attentes. Le pré-générique est ainsi exemplaire de cette intention de repousser les limites en avivant immédiatement l’intérêt en exposant d’emblée l’enjeu primordial (sacrifier une vie innocente pour sauver l’humanité) via Clara qui s’adresse face caméra à la Terre entière tout en permettant d’évaluer la difficulté de ce l’ampleur de la difficulté puisque elle précise au passage que celui qui aide d’habitude est parti, peut être pour ne jamais revenir. Un changement d’axe de caméra nous permettant de constater au même moment l’absence du moindre TARDIS en arrière plan et encore moins de Docteur. C’est peu dire que cette introduction happe tout de suite l’attention.

Un épisode sensationnel qui débute comme un nouvel exemple de loner avec monstre de la semaine à combattre mais comme The Caretaker la semaine dernière, Kill The Moon va chambouler le programme attendu pour impliquer encore plus émotionnellement les personnages. Tuer la lune, telle est l’injonction du titre que la première moitié va expliciter en montrant Clara, le Docteur et la jeune Courtney (la lycéenne qui tapait l’incruste dans l’épisode précédent) explorer la lune en l’an 2049 où ils rencontrent trois astronautes en mission suicide devant déterminer ce qui fait tomber en lambeaux la lune et y mettre fin coûte que coûte. Le Docteur va rapidement deviner ce qui se trame réellement et quelle en sera la portée pour le futur de l’humanité. Des questions d’importance dont il laissera le soin à Clara et ses congénères présents sur l’astre d’apporter une réponse radicale (détruire ou non la lune) en les abandonnant, décidant de ne pas interférer avec un choix qui concerne la Terre, foyer d’adoption du gallifréen certes mais qui n’est pas sa patrie.

DWSO8EO7_02

La confrontation avec les espèces d’araignées géantes qui semblent avoir élu domicile sur la lune proposent ainsi des séquences bien stressantes, que l’on soit arachnophobe ou non, par un joli jeu de cache-cache dans la pénombre de la base lunaire terrienne abandonnée mais surtout il monte d’un cran dès lors que tout va reposer sur un dilemme moral d’une portée philosophique et idéologique incroyable. D’autant que l’intervention filmée de Clara demandant l’avis de la Terre entière donnera lieu à une scène d’une grande intensité lorsque la décision collégiale devra se manifester par l’extinction ou non de toutes les lumières à la surface du globe, signe de leur volonté d’anéantir ou ce qui est sur le point d’éclore. Les performances de tout le casting sont à saluer bien bas avec une fois de plus le duo Capaldi/Coleman qui se tire la bourre. Le nouveau Docteur accompagnant le nouveau cycle de régénération a permis à Moffat et son staff de rompre les habitudes prises depuis le renouveau en 2005 puis l’arrivée aux commandes de Moffat en 2011 et la rupture de ton est totale, chaque épisode ne cessant d’étonner par son traitement du Seigneur du Temps qui apparaît à la limite de la misanthropie en tout cas peu enclin à se laisser submerger par ses émotions et la compassion pour le genre humain, atteignant ici un nouveau sommet lorsqu’il quitte purement et simplement la scène. Avec Listen, cet épisode est un autre incontestable tournant dans la série et dans les relations entre le Docteur et ses compagnons. Clara, la control freak, dont la huitième saison s’évertue depuis son lancement à mettre sur un même pied d’égalité que le Docteur, donnant la vedette à la prof qui contrôle aussi bien que lui le pilotage du TARDIS ou l’ouverture de ses portes par claquement de doigts, est mise en difficulté et perd de plus en plus le contrôle des situations. C’était déjà largement amorcé l’épisode précédent dans la difficile cohabitation de sa relation avec Dany Pink et ses aventures dans l’espace et le temps mais cela prend de l’ampleur ici, Clara faisant face à un abîme d’incertitude quasi paralysant, la poussant dans ses derniers retranchements.
Et son face à face final avec le Docteur où elle exprime toute sa frustration, sa colère, sa douleur, n’en est que plus poignant.
Cette deuxième partie de saison débute sur les chapeaux de roues en se permettant en plus de tracer une nouvelle trajectoire pour notre mirifique duo qui s’annonce passionnante à explorer.

Nicolas Zugasti

Doctor Who Saison 8 – épisode 07 : Kill The Moon
Showrunner : Steven Moffat
Réalisation : Paul Wilmhurst
Scénario : Peter Harness
Interprètes : Peter Capaldi, Jenna Coleman, Samuel Anderson, Ellis George…
Montage : John Richards
Photo : Ashley Rowe
Musique : Murray Gold
Origine: Royaume-Uni
Duréé : 45 mn
Diffusion BBC One: 04 octobre 2014

Publicités

Une réflexion sur “Doctor Who 8×07 – Kill The Moon : Clara de lune

  1. Pingback: Doctor Who 8×08 – Mummy on the Orient-Express : Are you my momie ? | Le blog de la revue de cinéma Versus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s