Home

Si l’on s’intéresse aux films tirés de l’œuvre de l’écrivain anglais Edgar Wallace — en laissant de côté le scénario l’imposant King Kong, sur lequel il a jeté un coup d’œil juste avant de mourir —, on ne pensera pas forcément au Circus of Fear (1966, Le cirque de la peur) de John Llewellyn Moxey. Que Le Chat qui fume vient d’éditer dans un beau coffret Blu-ray/DVD.

Adepte du récit policier et d’aventure, avec énigmes à résoudre, Wallace dictait ses textes au dictaphone, à la manière des Français Souvestre et Allain quand ils s’attaquèrent à leur saga Fantômas, que des secrétaires transcrivaient ensuite sur papier. De 1905 à sa mort, Edgar Wallace signa ainsi quantité de romans qui n’allaient pas tarder à attirer l’attention du cinéma. D’abord celle des cinéastes britanniques, qui l’adaptèrent ou lui demandèrent des scénarios originaux dès 1915. Puis celle des Américains, des Français — citons ainsi Le jugement de minuit, en 1933, joué par Fernandel — et des Allemands. À la fin des années cinquante et jusque dans les années soixante-dix, ceux-là vont adapter à tour de bras les romans d’Edgar Wallace pour leurs fameux krimis, films criminels.

 

 

Tourné en coproduction avec l’Allemagne, Le cirque de la peur garde, malgré la présence d’acteurs allemands (Heinz Drache, Eddi Arent, Klaus Kinski), un ton et un aspect typiquement britanniques. Le film est d’ailleurs entièrement tourné à Londres et dans ses environs. Il est ici question d’abord d’un hold-up plutôt bien mené — tout le début du film est ainsi vierge de toute parole —, puis d’une fuite dans la campagne anglaise avant que l’un des malfaiteurs, le magot planqué dans une valise, ne trouve refuge dans un cirque. On en vient ensuite à la présentation des différents artistes forains et vous avouerez qu’entre le dompteur masqué (Christopher Lee), le lanceur de couteaux (Maurice Kaufmann), le nain (Skip Martin), le Monsieur Loyal (Heinz Drache), le directeur (Anthony Newlands), sans parler des deux beautés incarnées par Margaret Lee et Suzy Kendall, auxquels s’ajoute l’inquiétant Klaus Kinski, le spectateur est bien en peine de deviner qui peut être le coupable des meurtres qui se succèdent sous le chapiteau. L’inspecteur joué par Leo Genn est en ce sens très british, voire sherlockholmesien : flegmatique et très malin, avec un soupçon d’humour qu’il exerce aux dépens de son supérieur hiérarchique. Quant à Christopher Lee, même avec le visage dissimulé sous une capuche les trois quarts du film, il reste magistral et mérite amplement l’hommage cocasse que lui rend Christophe Lemaire sur un petit livret qui accompagne le coffret.

 

 

Plaisant même si finalement routinier, ce Cirque de la peur nous donne envie de découvrir ces intrigants krimis aux titres fascinants produits en Allemagne et adaptés d’Edgar Wallace, où il est question de crapaud, de grenouille, de serpent noir, de chiens hurlants, de gorille et de requin. Un alléchant bestiaire qu’on aimerait bien faire avaler à son lecteur de Blu-rays, à présent qu’on nous a mis l’eau à la bouche !

 

 

Produit (et écrit sous le nom de Peter Welbeck) par Harry Alan Towers avant qu’il ne finance une dizaine de films de Jesus Franco, Le cirque de la peur a connu bien des aléas, ainsi que l’explique dans un bonus Éric Peretti. Ainsi connaît-il une version remaniée et coupée aux États-Unis sous le titre de Psycho Circus. Resté inédit en France, on ne peut que se réjouir de le voir enfin disponible.

Jean-Charles Lemeunier

« Le cirque de la peur » de John Llewellyn Moxey, sorti en DVD/Blu-ray par Le Chat qui fume le 22 mars 2019.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s