Home
bonte-divine-jaquette
Se servir des noms de Charb et de Charlie Hebdo pour attirer l’attention sur Bonté divine apparaîtra finalement, après la vision du film, comme réducteur. Car si les lecteurs de Charlie se retrouveront aisément dans cette comédie plutôt bien foutue, les autres, ceux qui ne se réclament pas forcément de l’hebdo satirique, pourront être eux aussi conquis par le sujet et son traitement. Remarqué à Karlovy Vary, à Arras et au Festival international du film grolandais, le long-métrage de Vinko Brešan ne bouffe pas du curé de la manière à laquelle on pouvait s’attendre. Plutôt qu’une charge à la Mocky – ce qui aurait déjà été une qualité -, le cinéaste croate choisit un ton moins corrosif, plus proche des gens, plus humain. Rien n’est pourtant épargné à l’église catholique et à ses représentants, placés au cœur de cette tragédie bouffonne, non rien : ni les allusions à la pédophilie, ni les relations sexuelles des prêtres et Brešan se paie même le luxe de comparer un évêque débarquant en yacht dans la petite île croate où se déroule l’action à un mafieux.
Tout part d’une confession, celle que fait un kiosquier au jeune curé qui vient d’arriver sur l’île. Le principal gagne-pain du pénitent étant la vente de préservatifs, sa femme très croyante l’accuse quasiment de meurtres et il veut débarrasser sa conscience d’un tel péché. Alors, et ce n’est pas spoiler que de donner ce détail, le prêtre, le kiosquier et un troisième acolyte, pharmacien de son état, vont percer tous les condoms vendus en pharmacie ou dans le kiosque, d’une part pour éviter le cas de conscience de l’un et, surtout, pour repeupler l’île qui enregistre davantage de décès que de naissances. Pour faire écho aux cris de « À bas la calotte », voilà que les autochtones répondent « À bas la capote ».
bonte-divine-capote
Avec des personnages malgré tout moins tonitruants que ceux de Kusturica, ce film balkanique fait penser aux comédies italiennes de la grande époque, mêlant aux gags des moments plus tragiques, ne prenant rien au sérieux, aucune situation, mais posant les personnages et leur épaisseur sur le devant de la scène. Aucun des protagonistes ne nous est indifférent. Pas plus ce curé au long nez, lointain cousin d’Adrien Brody, que ses deux complices, dont l’un est complètement frappadingue. Pas plus la folle qui crapahute à genoux que le vieux dont le fils est mort. Tous ont une histoire, liée à l’Histoire de leur pays. Et tout ressort, au détour d’un dialogue : le nationalisme, les conflits religieux, les partitions qui ont suivi les guerres des années 1990…
bonte-divine-gens
Derniers atouts de Bonté divine : une musique toute en trompette, qui entre par les oreilles et ne sort plus de la tête, due au talent de Mate Matisic, par ailleurs scénariste du film, à laquelle s’ajoutent des acteurs complètement inconnus chez nous et qui apportent au film une fraîcheur salutaire. Et l’attention que l’on pourra porter à Bonté divine ne pourra que répercuter le succès obtenu dans son propre pays. 158 000 entrées en Croatie, indique l’éditeur. Oui, décidément, pour la qualité, il y a du monde aux Balkans. Enfin, en guise de bonus, Wide ajoute à son DVD une édition spéciale de Charlie Hebdo consacrée au film et un préservatif collector.
Jean-Charles Lemeunier
Bonté divine, sorti chez Wide depuis le 13 janvier 2016
bonte-divine-enterrement
Bonté divine
Titre original : Svecenikova djeca (présenté dans les festivals français comme Les enfants du prêtre)
Année : 2013
Réalisateur : Vinko Brešan
Scénario : Vinko Brešan, Mate Matisic
Photo : Mirko Pivcevic
Musique : Mate Matisic
Montage : Sandra Botica
Durée : 96 minutes
Avec Kresimir Mikic, Niksa Butijer, Drazen Kuhn, Marija Skaricic
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s