Home

The Canyons affiche

En regardant l’affiche de The Canyons, deux noms sautent aux yeux, ceux de Paul Schrader et Bret Easton Ellis. Et l’on se demande comment on n’y a pas pensé plus tôt à cette idée d’associer le scénariste de Taxi Driver et Raging Bull (également réalisateur de The Comfort of StrangersÉtrange séduction, 1990-, tiré du roman d’Ian McEwan) avec l’auteur d’American Psycho. Ces deux-là étaient manifestement faits pour s’entendre et le résultat de leur travail commun, The Canyons, est au-delà de nos espérances.

Chez Schrader, le sexe est une perversion, jusqu’au sentiment amoureux, et l’on se souvient des deux personnages joués par Robert De Niro dans les deux films de Scorsese : épris d’une jolie blonde qui s’occupe d’un candidat aux élections présidentielles, Travis Bickle (Taxi Driver) amène la jeune femme dans un cinéma porno (elle le repousse alors), veut flinguer ledit candidat, fait la connaissance d’une très jeune prostituée et dégomme son maquereau. Quant à Jake La Motta (Raging Bull), ce boxeur professionnel refuse tout rapport intime avec sa femme avant les combats. Rappelons-nous également de Hardcore (1979), deuxième réalisation de Schrader, qui montre un puritain voulant sortir sa fille de l’enfer de la pornographie. La saleté est toujours liée au sexe chez Schrader. Quant à Ellis, que ce soit dans ses nouvelles ou dans son meilleur roman à ce jour, American Psycho, les jeunes gens riches et désœuvrés de L.A. qui gravitent autour du milieu du cinéma passent la plupart du temps par l’alcool, la drogue et le sexe pour trouver un sens à leurs vies. Et poussent parfois jusqu’au meurtre leur ennui.

The Canyons Nolan Funk Amanda Brooks

Los Angeles, ville symbole du cinéma et de la déshumanisation, est au cœur de The Canyons. Les canyons qui sillonnent la cité des anges (Laurel Canyon, Mulholland Drive, Franklin Canyon, Beverly Glen Canyon) sont aussi profonds que la dépression qui guette les personnages du film de Schrader. Nous avons là Christian, un producteur déviant joué par un certain James Deen. Lequel est un acteur porno qui, selon Wikipedia, a déjà tourné plus d’un millier de films hard. Contrairement à son homonyme, ce James Deen (du moins le pervers qu’il incarne) a perdu la fureur de vivre. Amoureux de la femme qui partage sa vie (Lindsay Lohan), il entretient avec elle d’étranges rapports sexuels dans lesquels interviennent des hommes et des femmes recrutés sur internet. Dans ces maisons de rêve qui dominent le Pacifique, les Angelenos s’ennuient ferme, sont constamment penchés sur leurs smartphones ou leurs écrans d’ordinateurs et ne trouvent un dérivatif à leur torpeur que dans le sexe. Et s’il apprécie de voir sa femme coucher avec des inconnus, notre producteur devient subitement jaloux lorsque surgit dans la vie de la jeune femme un ancien amant (Nolan Gerard Funk).

The Canyons film

The Canyons est un film fascinant, qui dégage une atmosphère déliquescente. Dans les décors modernes et froids de Los Angeles appuyés par une musique envoûtante (signée entre autres par Brendan Canning et Me&John), l’ambiance semble être à l’orage, au meurtre. D’un rythme lent, Schrader et Ellis nous guident pas à pas vers le sordide, le glauque. Les deux auteurs ne perdent pas de vue le cinéma, l’industrie qui fait vivre la ville, et se permettent certains clins d’œil. Ainsi, lorsque Christian va voir son psy et s’effraie de ne se sentir parfois qu’acteur de sa vie, c’est le cinéaste Gus Van Sant qui incarne le praticien.

The Canyons Lindsay

La presse américaine a loué avec raison la composition de Lindsay Lohan. Sexy et vulgaire, Tara (son personnage) colle avec les frasques que le public US connaît de l’actrice (elle a souvent été arrêtée en état d’ébriété et a suivi de nombreuses cures de désintoxication). Lindsay Lohan est à l’opposé de Cybil Shepherd, l’actrice de Taxi Driver. Le personnage féminin a perdu son innocence (même Jodie Foster dans Taxi Driver, du haut de ses 12 ans et malgré les mini-jupes et les talons hauts que son métier de prostituée la forçait à porter, conservait cette pureté). Grâce à ses regards, son attitude soumise et, malgré tout, un plaisir affiché, Lohan transcende Tara et montre combien la superficialité dans laquelle elle se jette (Tara évoque souvent dans le film ses activités, le sexe et le shopping) ne sont que pis-aller en attendant la fin.

Jean-Charles Lemeunier

The Canyons (2013)
Réalisation : Paul Schrader
Scénario : Bret Easton Ellis
Photo : John DeFazio
Montage : Tim Silano
Musique : Brendan Canning, Me&John
Interprètes : Lindsay Lohan, James Deen, Nolan Gerard Funk, Amanda Brooks, Tenille Houston, Gus Van Sant…
Pays : États-Unis
Durée : 96 minutes
Sortie en DVD, Blu-ray VOD et téléchargement définitif le 27 août 2014
Éditeur : Pathé

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s