Home

justified_aff

Quelques mots à propos de la série policière Justified, très contemporaine dans sa forme et son rythme mais dotée d’un sympathique parfum rétro notamment par la propension du personnage central, un Marchal aussi jeune qu’aux méthodes old school, à porter le Stetson, à se foutre sur la gueule dans des bars, à flinguer le malotru et le moindre redneck menaçant. Le gugusse est incarné avec toute la coolitude qu’il se doit par Timothy Olyphant. Il incarnait le personnage pivot de la mirifique série Deadwood en donnant l’impression d’avoir constamment un balai dans le fondement mais là, dans Justified, non, ça va. Son problème est qu’il a face à lui Walton Goggins. Et celui-là, il crame tout le monde. Après avoir cachetonné une dizaine d’années dans des productions ciné et TV plus ou moins glorieuses (z’avez qu’à mater ses fiches sur des sites Internet, bande de feignasses), cet acteur né en 1971 explose à partir de 2002 en incarnant le roi de la poisse Shane Vendrell dans la série The Shield. Peut-il faire plus fort ? Ben yes. Dans Justified, série créée en 2010 d’après un personnage du grand et dorénavant regretté Elmore Leonard, il incarne un vieux pote du protagoniste principal : il est Boyd Crowder, compagnon de jeunesse de Raylan Givens/Timothy Olyphant. Ils ont ensemble, et au sens propre, poussé des wagonnets dans une mine locale. Givens est ensuite parti faire le flic ailleurs. Crowder est devenu une figure locale, trempant dans un nombre incalculables de magouilles, se faisant le meneur d’un combo de rednecks fascistes white power, anti-fédéralistes, limite survivalistes. Un enculé de première qu’il ne faut pas chatouiller.

???????????????????????????????????????????

Givens et Crowder ont beau s’apprécier, chacun est d’un côté de la barrière et ce sont deux bêtes sauvages capables de tout. Malgré leur amitié, le premier flingue rapido le second. Crowder mort ? La réaction des spectateurs est sans appel : les producteurs sont fous. Ils se reprennent. Crowder revient et va dès lors, durant de nombreux épisodes, prendre de l’envergure. Goggins, parfaitement coulé dans le rôle, va piquer la vedette. Il devient l’officieux personnage principal de la série en incarnant un protagoniste d’une complexité rarement atteinte à la TV. Le jeu du bonhomme est assez extraordinaire, d’une apparente zénitude et pourtant régulièrement amené à de fiévreuses envolées. Son personnage ne laisse que très rarement deviner s’il est sincère ou pas lorsque, après être revenu d’entre les morts, il décide de voir le monde autrement, devenant un mystique local créant une chapelle dans les bois, décidé à éradiquer les hors-la-loi du comté. Avant de de nouveau changer totalement d’optique suite à un carnage dont sont victimes ses ouailles paumées. A côté de ça, les aminches, le gugusse de Homeland c’est vraiment de la daube.

Laurent Hellebé

JUSTIFIED
Créateur : Graham Yost
Réalisation : John Dahl, Dean Parisot, John Avnet, Peter Werner…
Scénario : Dave Andron, VJ Boyd, Wendy Calhoun, Benjamin Cavell,…
Production : Graham Yost, Elmore Leonard, Taylor Elmore, Timothy Oliphant,…
Montage : Keith Henderson, Victor Du Bois, Bill Johnson…
Photo : Francis Kenny, Edward J. Pei…
Musique : Steve Porcaro
Interprètes: Walton Goggins, Timothy Oliphant, Nick Searcy…
Origine: Etats-Unis
Editeur : Sony Pictures Entertaintment
Sortie : Coffret intégrale saison 1 à 3 disponible depuis le 16 octobre 2013

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s