Home

Quand on sort de la projection de Post Tenebras Lux, le film de Carlos Reygadas présenté en sélection officielle à Cannes, on se demande par quel bout le prendre. Et pas seulement parce que la chronologie y est aussi bousculée que les nerfs d’un spectateur chez Hitchcock. Ne comptez pas sur moi pour résumer ce qui arrive au jeune couple de Mexicains, Natalia et Juan, parents de deux adorables gamins. Dans ce montage mélangé comme un jeu de cartes, on a du mal à tout remettre dans l’ordre. Mais ce n’est pas le plus important. Pour profiter de ce film, malheureusement sifflé lors de la projection de presse cannoise, il convient de se laisser porter par l’atmosphère. Car, oui, Post Tenebras Lux a une gueule d’atmosphère, et une sacrée même. Dès le début, avec cette toute petite fille trottinant dans un champ boueux où paissent des vaches et où courent des chiens, la pluie commençant à tomber, on se dit que le malheur rôde. Ce que Reygadas traduit par l’arrivée dans la maison d’un satanique porteur de valise qu’on reverra un peu plus tard. Cette même ambiance morbide va perdurer pendant tout le récit, sans que la violence n’éclate vraiment, si ce n’est hors champ.

On va immédiatement se ranger du côté de Godard. Ne déclarait-il pas que l’on pouvait toujours dénicher un plan à sauver dans n’importe quel film ? Dans Post Tenebras Lux, si beaucoup de séquences paraissent sans importance, plusieurs plans vous saisiront carrément.

Reygadas sait filmer les corps nus et, après la révélation de Japon, personne n’a oublié la fellation qui ouvrait hardiment Batalla en el cielo. Comme le diable dans la maison, le désir sexuel parasite le récit, de la même manière que l’infection dont souffre la jeune épouse. La séquence du hammam échangiste français est suffisamment troublante pour retenir l’attention. C’est sans doute la seule fois où l’on voit Natalia prendre du plaisir (mais pas grâce à Juan), dans un lieu qui n’a rien à voir avec la nature omniprésente du Mexique. Et si le désir sexuel traduisait chez Reygadas un désir de cinéma ? Le cinéaste ne peut se contenter, comme l’époux dans le hammam, de regarder les autres faire. Alors, il expérimente, passe « par la porte de derrière » du cinéma (comme veut faire Juan quand Natalia lui parle de son infection). Il choisit une image minimale, floue sur les côtés, et ce montage chamboulé.

La lumière après les ténèbres, traduction du titre latin, est une locution qui a servi de devise aux calvinistes de Genève mais aussi aux Chiliens. Ces calvinistes renvoient à Dreyer, dont on sait Reygadas amateur (c’était d’ailleurs plus flagrant dans son précédent film, Lumière silencieuse). Il est vrai que l’ambiance de Post Tenebras Lux est proche, en moins aboutie bien sûr, de celle d’Ordet. En attendant, malgré sa proposition, Reygadas nous laisse dans les ténèbres et cela rend son film encore plus angoissant.

Jean-Charles Lemeunier

Film en sélection officielle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s