Home

Au cas où leur nom vous troublerait, Hernandez, c’est l’ex-caïd qui se livre ici à quelques confidences, Mattei, c’est le journaliste qui recueille, vérifie, complète et met en forme les propos du retraité. Hernandez, c’est un discret, un précautionneux. Sûrement pour ça qu’il vit toujours et qu’il n’a fait que quelques années de prison. Un survivant, un pur et dur, de ceux qui ne bavèrent pas sous les questions de la police et de la justice. Il en a pourtant vu de belles puisqu’il fut notamment un des piliers de la French Connection première formule, et qu’il connu tout le gratin du grand banditisme, les Zampa, Imbert, Vanverberghe, Monge, toute la clique et bien d’autres. Et, ce n’est pas rien, il est passé au travers des hécatombes dans le grand banditisme des années 70-80. Il raconte ici une partie de son parcours, quelques épisodes plus ou moins célèbres de l’histoire criminelle et, comme Mattei, met les points sur les i quant à la valeur de certains ouvrages de « spécialistes » de l’histoire du Milieu comme de certains livres écrits par d’anciens truands et voyous, voire de certains films qui l’ont bien fait rigoler (comme L’Immortel). Enfin, ce n’est pas rien, il révèle quelques dessous de la guerre des jeux et des casinos de la Côte d’Azur, sur laquelle, hormis quelques articles, il existe peu de textes (les livres La mafia des casinos, de Guy Salignon, en 1980, La Guerre secrète des casinos, de Jérôme Pierrat et Christian Lestavel, en 2007). Dans ce cadre, Hernandez éclaircit le mystère de la disparition d’Agnès Le Roux, héritière du casino niçois Le Palais de la Méditerranée, sombre affaire de la fin des années 70, triste épisode de la confrontation entre la mère de la jeune femme, patronne du susdit casino, et Jean-Dominique Fratoni, boss de celui du Ruhl et paravent de Tony Zampa. Un ouvrage bien intéressant qui, comme nombre d’écrits de ce type, devrait avoir une carrière aussi discrète que cet Hernandez mal à l’aise de savoir un innocent condamné (en 2007 seulement !) pour ce fait-divers bien glauque.

Laurent Hellebé

> Confession d’un caïd, Jean-Pierre Hernandez avec François Mattei, édition du Moment, 2011. 16,50 €.



Bookmark and Share
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s