Home

Relégué hors de la compétition officielle du 18ème festival international du film fantastique de Gérardmer, le premier long métrage du finlandais Jalmari Helander a fait l’effet d’une bombe. Véritable pépite où se mêlent morceaux de bravoure dantesques, humour, punchlines, iconisation improbable et images épiques d’une incroyable puissance évocatrice, Rare Exports : Un conte de Noël redistribue brillamment les cartes d’une mythologie asservie par des codes consuméristes. Revenant aux origines du mythe de Saint-Nicolas, le père noël est ici un être féroce qui n’a plus rien à voir avec le personnage joufflu et débonnaire immortalisé par Coca-Cola.
Pietari, jeune garçon d’une dizaine d’années, vit avec son père dans un petit village de la Laponie finlandaise. C’est dans ce coin de la patrie du Père Noël qu’une équipe de foreurs menée par un magnat de l’industrie va mettre à jour ce qui risque de bouleverser les convictions les plus puissamment ancrées de la planète. En effet, ils viennent de révéler une gangue de glace enfouie à près de cinq cent mètres de profondeur sous la montagne où serait emprisonné le véritable Père Noël. Une découverte qui va en premier lieu perturber Pietari, ses amis et la tranquillité du village tout entier.
Ce vieillard décati, nu et barbu retrouvé dans un de leurs pièges est-il vraiment ce que sa longue barbe semble supposer ? Que faire de lui ? Comment parvenir à maîtriser un tel personnage que la proximité de jeune chair fraîche anime soudainement d’intentions pas très catholiques ? Autant de questions fondamentales qui trouveront de géniales et impayables résolutions au sein de ce film.
Une première œuvre vraiment remarquable qui empoigne un postulat purement fantastique pour le crédibiliser instantanément, rappelant Del Toro et ses Hellboy et autre Labyrinthe de Pan ou L’Echine du diable. De plus, Jalmari Helander ne se contente pas de reprendre et décliner un univers mis en place par deux courts métrages antérieurs. Déjà formellement maîtrisés, jouant également sur la surprise, ceux-ci s’attachent avant tout au contraste de la bonhomie de Santa Claus et la violence dont il peut faire preuve alors que le long métrage accentue le décalage avec l’image d’Épinal du Père Noël par le biais d’une figuration particulièrement dérangeante.

Cependant, Rare Exports Inc (2003) et Rare Exports, The Official Safety Instructions (2005) constituent moins une préquelle que d’habiles premières incursions dans un monde où le Père Noël est une créature que l’on chasse pour sa rareté et donc sa valeur marchande. Visionner les deux courts métrages ne déflorera pas totalement le film puisque ce qui y est montré ne sera que partiellement repris par le réalisateur et de toute façon envisagé sous un autre angle (et même grandement développé). Et puis, les titres de ces différentes variations, Rare Exports, éclaire limpidement sur les intentions d’Helander : envisager la fête de Noël du point de vue exclusif de l’exploitation d’une figure légendaire afin de révéler la perversion du système pour mieux le retourner comme un gant grâce à une ironie mordante, jamais cynique.
Tandis que Rare Exports Inc expose les méthodes de ces chasseurs pour capturer puis rééduquer un genre particulier de proie, Rare Exports, The Official Safety Instructions développe quelques conseils à respecter afin de ne pas énerver la bête et éviter de se faire réduire en charpie. Un deuxième court qui est d’ailleurs un véritable complément au film puisqu’il nous montre les règles à suivre pour survivre alors que le long-métrage ne fera que les évoquer verbalement.

Et afin d’avoir une infime idée de ce qui vous attend à la vision de Rare Exports : un conte de Noël, mieux vaut regarder ci-dessous ces fameux courts-métrages.

Rare Exports, Inc :

Rare Exports, The Official Safety Instructions :

Deux courts métrages qui donnent un petit aperçu du talent de Jalmari Helander qui explose littéralement dans la version longue présentée à Gérardmer. Structuré différemment autour de la même idée, le film ira encore plus loin en matière de bouleversements narratifs et graphiques.
Rare Exports Inc et Rare Exports, The Official Safety Instructions avaient créé le buzz, Rare Exports : un conte de Noël est venu confirmer toutes les attentes suscitées. Après le sublime Morse du suédois Tomas Alfredson, le film d’Helander confirme que la relève vient du froid. Et que ce dernier n’ai toujours pas de date de sortie annoncée, que ce soit en salle ou en DVD, est tout simplement scandaleux.

Nicolas Zugasti

> Critique de Rare Exports : un conte de Noël à venir dans le numéro 21 de la revue Versus



Bande-annonce de Rare Exports : un conte de Noël

Bookmark and Share
Publicités

2 réflexions sur “« Rare Exports : un conte de Noël » de Jalmari Helander – Versions courtes

  1. Pingback: 18ème festival international du film fantastique de Gérardmer – compte-rendu «

  2. Pingback: Au fond du trou : « The Hole  de Joe Dante «

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s