Home

Allons, bon ! Voilà que Dennis Quaid, pourtant très bon acteur (mais qui n’a pas joué dans un seul bon film depuis au moins… dix ans, non ?), continue de gérer sa carrière comme une auto-tamponneuse. Et de le faire ici avec un sens certain de la lourde compromission (à moins qu’il ne s’agisse d’un feeling aigü de la réalité fiscale). Qui chevauche ces Cavaliers de l’Apocalypse peut se le tenir pour dit : voilà l’exemple type du film déjà dépassé avant même d’être exploité. Surfant au moins quinze ans trop tard sur la vague post-Seven et autres déclinaisons (copycat cinématographiques ?) du genre « cours après moi profiler », ces quatre de l’apocalypse entraînent dans un jeu de pistes morbides où se cotoient sadomasochisme et pratique de la suspension (Cronenberg aurait fait quelque chose de bien d’un tel principe, tiens !), notre Dennis Quaid préféré mais déchu. L’acteur incarne ici Aidan Breslin, un flic solitaire, désabusé, bordélique, veuf et dépassé face à ses deux fils (ça fait beaucoup mais c’est pour la charge émotionnelle, soyez pas comme ça, oh !). Accaparé par son enquête sur les meurtres que commet le groupuscule (qui filme ses méfaits et semble versé dans le mysticisme pseudo purificateur), Breslin ne voit donc pas venir ce que le spectateur a déjà deviné, y compris dans les révélations d’un suspense pas aussi tendu que la peau des malheureuses victimes « crochetées » par les cavaliers fous.

Jouant avec une monstration de la cruauté que les ignobles et inutiles Saw ont instaurée comme nouvelle règle d’or du film de « psycho-killer à énigmes » et horrifique, le métrage racoleur de Jonas Akerlund (le sulfureux et hypnotique clip de « Smack My Bitch Up » de Prodigy, c’était lui), tape un peu dans tous les styles au mépris d’une certaine cohérence scénique et thématique (corporel brutal et spirituel un peu grossier s’y mêlent, agrémentés de virtuel, de communautaire, de sectarisme, de prophétie civilisationnelle bidon – mais au potentiel réel, mal exploité s’agissant de la « contagion » via le Net et les forums révélée par l’un des cavaliers au final). Il en résulte un thriller passe-partout préformaté pour les secondes parties de soirée le dimanche soir sur TF1 dans deux ans (et là le film paraîtra déjà très vieux), bouffant à tous les râteliers de l’intrigue sanglante et criminelle, sans erreur de grammaire cinématographique certes, mais assez imbu de lui-même (le syndrome du trop-plein thématique persuadé d’œuvrer pour la nouvelle référence du genre) en plus d’être passablement plat à certains endroits et complaisant à d’autres. Le scénario, raccommodage de situations connues dans ce domaine, n’aide pas à se faire une idée positive de tout ceci. Quaid y croit heureusement, et quand Quaid y croit, même dans un mauvais film, le spectateur veut bien se laisser divertir. M’enfin, c’est peu et la révélation finale, très vite expédiée d’ailleurs, sur fond de morale paternaliste ou filiale (au choix, mais les deux se rejoignent, en fait), nous laisse consterné. Le générique défile et là, on mesure toute la dimension de cette arnaque, un truc qui veut s’encanailler en jouant avec des concepts très glauques mais qui rentre dans le rang de l’exploitation superficielle. C’est ce qui s’appelle une mauvaise chute… de cheval.

Stéphane Ledien

> Sortie le 1er avril (et c’est vrai que c’est une mauvaise blague). y’a des hameçons dans le film, ceci explique peut-être cela…

Publicités

Une réflexion sur “« Les Cavaliers de l’Apocalypse » de Jonas Akerlund

  1. Elle était pourtant belle l’affiche… Me rappele un peu une image tirée du « Maitre des illusions » de C. Barker… Mais je ne sais plus laquelle…

    Sinon, il est pas trop mal « Le jour d’après », avec D. Quaid ?!? Le meilleur Emmerich avec Stargate. Non ??? ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s