Home

Big Easy affiche
Sorti en France en 1987, The Big Easy, stupidement rebaptisé Le flic de mon cœur, avait fait alors une bonne impression. Au point de devenir culte. Le revoir aujourd’hui dans une bonne copie DVD restaurée n’enlève rien à la bonne humeur que procure ce film de Jim McBride. Pourtant, le film n’est pas entièrement une comédie et comporte de nombreux éléments violents : la corruption policière à la Nouvelle-Orléans, des cadavres au visage arraché ou au ventre explosé, des retournements de situation, etc. Mais la décontraction avec laquelle McBride filme tout cela, ajoutée au jeu très naturel des acteurs, fait que le charme est toujours présent près de trente ans après.

Dès le démarrage du film, tous les éléments de la comédie sont mis en place : un jeune flic mignon, sûr de lui et très détendu dans la manière qu’il a de mener ses affaires policières (Dennis Quaid) et, face à lui, une jolie assistante du Distric Attorney (Ellen Barkin), plutôt coincée et sur la défensive – Barkin fait d’ailleurs penser à Laura Dern dans les rôles qu’elle aura quelques années plus tard, jolie blonde un peu nunuche, à la différence près que l’actrice de The Big Easy est beaucoup plus sexy que celle de Jurassic Park. La grande force de McBride est de réunir autour de son couple vedette une galerie de personnages hauts en couleurs, qui existent même lorsqu’on ne les voit que rapidement, sans doute parce qu’ils sont interprétés par des acteurs de talent. Citons les deux flics taquins – on se gardera d’en dire plus – John Goodman, destiné à une jolie carrière, et Ebbe Roe Smith, plus connu pour être le scénariste de Falling Down (Chute libre) de Joel Schumacher, dans lequel Michael Douglas pète joliment un câble. Dans The Big Easy, on retient de Smith ses problèmes de perruque qui font quotidiennement se marrer tout le commissariat. Car ces flics, aussi ripoux soient-ils, sont franchement sympathiques.

Big Easy Barkin Quaid

Poursuivons cette étude du casting. McBride a glissé là quelques trognes du meilleur effet. Le parrain italien local est interprété par Marc Lawrence, grand méchant des films noirs classiques : Dillinger (1945), Cape et poignard (1946), Key Largo (1948), auxquels s’ajoutent deux James Bond (Les diamants sont éternels et L’homme au pistolet d’or) et Marathon Man. Le parrain noir, c’est Solomon Burke, immense chanteur de soul et gospel (Every Needs Somebody to Love). Ultime clin d’œil : le rôle du juge Garrison qui doit trancher sur la culpabilité ou pas de Dennis Quaid dans une affaire de corruption est tenu par… le juge Jim Garrison. Le nom vous semble familier ? Kevin Costner l’incarne dans JFK d’Oliver Stone : il est ce juge qui se mit à enquêter sur l’assassinat de Kennedy.

Autre atout de The Big Easy : l’utilisation des décors et du folklore cajun. Si la bonhommie de cette population de la Nouvelle-Orléans étonne et séduit Ellen Barkin, qui débarque d’un autre coin des États-Unis, c’est qu’elle est complètement exotique. Quaid ne cesse d’appeler son amie « Chère », en français dans la v.o., de chanter également en français, de parler de plats épicés à base de crustacés… Autant d’éléments qui rendent le spectateur sensible au charme de la région et de ses habitants et le détournent du sentiment de rejet qu’il pourrait avoir en entendant le mot « corruption » et en découvrant les horribles exécutions qui se déroulent là-bas.

Jouant constamment avec le positif et le négatif, Jim McBride apporte un équilibre de bon aloi à The Big Easy qui fait que le film, même s’il reste typique des productions de son époque, n’a rien perdu de ses qualités d’origine.

Jean-Charles Lemeunier

The Big Easy
Année : 1986
Pays : États-Unis
Réalisateur : Jim McBride
Scénario : Daniel Petrie Jr
Images : Affonso Beato
Musique : Brad Fiedel
Montage : Mia Goldman
Distribution : Columbia
Avec Dennis Quaid, Ellen Barkin, Ned Beatty, John Goodman, Lisa Jane Persky, Ebbe Roe Smith, Tom O’Brien, Grace Zabriskie, Marc Lawrence, Solomon Burke, juge Jim Garrison…
Sorti en DVD par Sidonis-Calysta le 7 avril 2015

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s