Home

le 12/02/2012 – BARBARA

Barbara est un puzzle. Un puzzle passionnant, mais incomplet. Donc soit on joue le jeu, et on cherche des pièces inexistantes, soit on a un esprit moins créatif et on espère que Christian Petzold nous les procurera. Ne patientez pas. Elles ne viendront pas.

En attendant, on est retourné en Allemagne de l’Est dans les années 1980. Tiens, de nouveau ? Le cinéma allemand y reviendra toujours. Barbara ou Nina Hoss, choisissez, est une médecin berlinoise qui s’enterre en province et s’enferme dans un mutisme qui la distance de ses collègues. Un médecin ose pourtant braver cette nouvelle Ninotchka et la convertit, non pas au capitalisme et aux frivolités parisiennes, mais à l’amour et à l’entraide.
Ah, si au moins, c’était aussi simple que chez Lubitsch ! Christian Petzold rajoute par contre sa touche personnelle et crée des personnages à la foulée. Ce n’est pas cela qui, en soi, est gênant. Un écran rempli de jacasseries organisées ou de silence groupé a un effet rapide et efficace. Qu’en est-il pourtant lorsque c’est au spectateur de structurer un film ?

Car, en premier, il y a la demande de sortie du territoire. Ensuite, le copain à l’Ouest. Les avances du médecin à l’Est. Une jeune fille prénommée Stella. Et enfin, cette froideur chez Barbara. Christian Petzold introduit brièvement l’un tandis qu’il rajoute l’autre par-dessus. Ne pensez pas qu’il oublie le premier, non, il le garde au chaud, sous le coude, prêt à utilisation. Cependant, même s’il introduit quelques détails de plus au cours du film, ceux-ci se noient dans la marée des événements. Et tandis qu’on a envie de crier « Encore! », et de lui soutirer quelques informations de plus, l’omniprésence du vent agit comme une purification et envahit le film aux moments où justement l’on attendait le calme. Il s’impose à l’écran, et souvent ne laisse aux humains, victimes de la nature, déjà si discrets durant le film, qu’un rôle trop éphémère.



le 14/02/2012 – WAS BLEIBT

Recette pour un scénario pimenté: Filmez un week-end en famille après plusieurs mois sans contact et avec, si possible, une révélation le dimanche à midi entre le fromage et le dessert, lorsqu’on pense que, pour une fois, tout va bien.
Ce n’est pas une première, mais (souvent) ça passe !

Suggestion de personnages:
La mère, déprimée chronique, a secrètement arrêté les médicaments depuis deux mois.
Le père, las de supporter la mère, entretient une relation avec une autre femme.
Le fils, Jacob, jeune médecin, a sa propre clinique payée par papa, mais souffre de la dépendance financière familiale.
Le deuxième fils, Marko, se débrouille, cahin-caha, avec son ex et leur enfant commun.
Ils ont probablement encore d’autres secrets, mais ce sont ceux, en tout cas, qui font éclater le noyau familial.

Sous couvert de civilités, le sourire règne un temps. Mais tous sont intérieurement insatisfaits. Le malheur, c’est étrange, n’existe pour beaucoup que lorsqu’on y est impliqué. Sinon, il est rapidement oublié ou ignoré. Was bleibt nous rappelle que chacun a ses problèmes, ses soucis et inquiétudes, que le tout mis en commun abruptement ne donne pas un groupe d’entraide improvisé mais une fêlure définitive dans un ordre établi. Que le malheur dérange et qu’il n’est reconnu et accepté qu’en cas de force majeure.

Pendant longtemps, chacun peut y voir sa famille lors du réveillon annuel et diverses rencontres familiales et se demander du coup ce que le film fait au Berlinale Palast. Puis Hans-Christian Schmid rajoute quelques catastrophes jusqu’au point où l’on se dit que finalement c’est trop. C’est devenu une fiction, comme d’autres d’où l’on peut se détacher et reprendre une qualité d’observateur passif. La déco intérieure aide, il faut dire. Pas même un grain de poussière ne repose sur les rayons de l’étagère. Le passé semble inventé tout à coup par les quelques phrases prononcées entre deux portes d’une maison à peine construite. Les personnages ne font que se déplacer dans le décor. Et l’on est donc heureux de les voir ensuite dans une forêt qui elle est bien réelle et d’où, du coup, les mystères et les secrets ne s’échappent plus.

Louise Burkart

Bande-annonce (en V.O.) de Barbara de Christian Petzold

Bande-annonce (en V.O.) de Was bleibt de Hans-Christian Schmid

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s