Home

En ces temps de pénurie cinématographique, on est toujours content d’annoncer une bonne nouvelle, surtout si elle est assortie d’une seconde. Il y a quelques mois, le critique et historien du cinéma Jean-Baptiste Thoret, connu pour ses articles dans Libé, Les Cahiers, Le Nouvel Obs et Charlie Hebdo mais aussi pour ses chroniques sur France Culture et ses livres sur le cinéma US ou sur Dario Argento, a eu la bonne idée de créer chez Studio Canal une collection de DVD baptisée Make My Day. Un nom qui vient d’une phrase lancée par l’inspecteur Harry.

Voilà donc 25 titres produits majoritairement dans les années soixante-dix et quatre-vingt, qui font bondir de joie le cinéphile, d’autant plus qu’il est aujourd’hui confiné, et arracheraient un rictus au cher Harry, s’il en était capable.

La deuxième bonne nouvelle est que l’ensemble des 25 films est à présent disponible sur la plateforme UniversCiné. Laquelle propose plus de 300 films en VOD au montant solidaire de 0,99 euro.

 

 

Commençons donc avec l’un des films présents dans le catalogue Make My Day : Folle à tuer (1975) d’Yves Boisset. Ce n’est pas un hasard si le sujet s’ouvre sur un air de La force du destin de Verdi, que l’on entendra tout au long du métrage — et qu’on retrouvera huit ans plus tard dans E la nave va (Vogue le navire) de Fellini. Ici, dans Folle à tuer, le Destin avec un grand D est véritablement à l’œuvre.

Une jeune femme (Marlène Jobert) est sortie d’un hôpital psychiatrique par un richissime homme d’affaires (Michael Lonsdale) pour s’occuper de son neveu orphelin (Thomas Waintrop). Un gamin insupportable par manque d’amour qui rendrait celui du Jouet, sorti l’année suivante, totalement adorable. Marlène et le mioche vont être enlevés par un très méchant (Tomas Millian qui, curieusement, a un accent américain puisqu’il est doublé par Edward Meeks) et le suspense va s’installer.

 

 

C’est là un des grands plaisirs de ces films seventies : la présence d’acteurs familiers qu’on a du plaisir à retrouver. En quelques minutes, apparaissent successivement à l’écran Michel Peyrelon, Victor Lanoux, Jean Bouise, Michael Lonsdale puis Marlène Jobert. En plus, pour ne rien gâcher, dans des décors typiques de ces années-là. Et que dire de cette France rurale qui apparaît dans le film, avec ses autorails Alpazur et les moutons qui se promènent tranquillement sur les voies ?

Quand Boisset (R.A.S., Dupont Lajoie), cinéaste très politisé, adapte Ô dingos, ô châteaux ! de Manchette, auteur de polars violents d’extrême gauche, on se dit que ça va secouer dans tous les sens et que la droite alors au pouvoir va en prendre un sacré coup dans l’aile. N’oublions pas que c’est aussi Yves Boisset qui, deux ans plus tard, réalisera Le juge Fayard et ses fameux bips qui couvraient le dialogue chaque fois qu’il était question du SAC, un service d’ordre musclé créé par la droite républicaine et dissous par Mitterrand en 1982.

 

 

Curieusement, si Folle à tuer est un très agréable film d’action policier au suspense maîtrisé, il n’a rien du brûlot politique qu’il aurait pu être. On met pourtant face à face le riche Lonsdale et son chauffeur prolo (Victor Lanoux).

 

 

Le suspense, justement, parlons-en. Il va s’installer assez rapidement dans le récit et ne plus nous lâcher jusqu’à la fin. Bien sûr, on pourra toujours dire que la chute est quelque peu attendue mais les films policiers français de cette époque avaient un charme certain. Dont Folle à tuer est loin d’être dépourvu. Make My Day en propose d’ailleurs quelques autres, tels Sans mobile apparent (1971) de Philippe Labro, adaptation d’Ed McBain, ou Canicule (1984) d’Yves Boisset, d’après Jean Vautrin. Et dans le même style de cinoche parano, on aimerait bien souffler à Jean-Baptiste Thoret l’idée de la réédition du Secret de Robert Enrico.

Jean-Charles Lemeunier

Folle à tuer
Année : 1975
Origine : France
Réal. et scén. : Yves Boisset d’après Jean-Patrick Manchette
Photo : Jean Boffety
Musique : Philippe Sarde, Giuseppe Verdi
Montage : Albert Jurgenson
Durée :
Avec Marlène Jobert, Tomas Milian, Thomas Waintrop, Michel Peyrelon, Victor Lanoux, Michael Lonsdale, Jean Bouise…

Disponible en DVD et Blu-ray (dans un combo contenant aussi Canicule) dans la collection « Make My Day » de Studio Canal et en VOD sur la plateforme UniversCiné.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s