Home

grabbers_affLe 20ème festival de Gérardmer s’est achevé sur un palmarès récompensant certes des œuvres méritantes, Mama d’Andres Muschietti et Berberian Sound Studio de Peter Strickland ont trusté la plupart des prix), mais qui n’en constituent pas moins des choix par défaut dans une sélection officielle particulièrement indigente cette année. L’argument fantastique n’est plus qu’un vague prétexte pour des œuvres à l’intellectucalisme revendiqué. Désormais, ce qui compte c’est avant tout de produire du sens au détriment des sens, quitte à s’aliéner les festivaliers (public, accrédités ou invités). You’re Next et Remington and the curse of Zombadings offraient leur lot de spectacle roboratif et farfelu mais ils demeuraient assez pauvres en termes d‘écriture et de mise en scène. Des lacunes qui seront finalement communes aux autres films en compétition. Et puis, c’est bien joli de mettre en valeur des œuvres plus grandes public, plus « cérébrales » (entre guillemets car bien souvent, cela rime avec rythme indolent et plans contemplatifs dénués d’enjeux) autrement dit plus fréquentables ou plus « exigeantes » que les trublions relégués hors-compétition, mais le plus important reste encore de parvenir à impliquer le spectateur par une histoire captivante à la mise n images un tant soit peu inspirée. Une attitude de Dandy justement déplorée et fustigée par Christophe Lambert lors de la cérémonie de clôture.

Pour que les spectateurs éprouvent un tant soit peu de plaisir, il fallait plus que jamais explorer la sélection hors-compétition d’où se détachaient New Kid Nitro, Citadel, Dagmar, l’âme des vikings et les deux meilleurs films du festival, haut la main, Grabbers de Jon Wright et surtout le sublime Cloud Atlas de Tom Tykwer, Lana et Andy Wachowski.

"Grabbers" de Jan Wright

« Grabbers » de Jan Wright

Fim irlandais de monstres extra-terrestre à tentacules sans prétention, Grabbers réussit l’exploit de dépeindre une galerie de personnages truculents et attachants, de faire preuve d’un humour so british et d’un rythme remarquablement décuplés par le découpage et certains choix de cadres, tout en reformulant des références explicites (Gremlins, Aliens…) afin de les intégrer au mieux au récit et pas comme des clins d’œil racoleurs instaurant une connivence factice.
L’idée est aussi simple que parfaitement exécutée. Une espèce de poulpe géant venu de l’espace se développant grâce à l’absorption d’eau et l’ingestion du sang de ses victimes débarque sur les côtes d’une île au large de l’Irlande. Ses irréductibles habitants menés par le flic local alcoolique, sa partenaire inflexible, un pêcheur du cru et un aubergiste enthousiaste vont repousser cette invasion de la plus décapante des manières : en se barricadant dans l’auberge du port pour consommer en grandes quantités de l’alcool, seul moyen de les immuniser en rendant ainsi leur sang trop toxique pour les créatures.
Le réalisateur Jon Wright n’a peut être aucun lien de parenté familial avec Edgar Wright mais certainement d’un point de vue cinématographique tant à la vision de son film on pense à Shaun Of The Dead pour cette propension à résoudre (ou tenter de) les problèmes à coups de shots d’alcool et à Hot Fuzz pour la dynamique du duo de flics aux tempéraments et intempérances différents.
Carburant à la bonne humeur communicative, Grabbers sait aussi se montrer plus grave par endroits pour former des moments de tension nécessaires à la crédibilisation de la menace représentée par ce monstre pas du tout craignos dans sa modélisation. La seule déception d’envergure provient lorsque retentissent les premières notes du générique signifiant la fin d’aventures que l’on aurait eu plaisir à poursuivre en compagnie de ses personnages impayables.

"Cloud Atlas" de Lana et Andy Wachowski et Tom Tykwer

« Cloud Atlas » de Lana et Andy Wachowski et Tom Tykwer

La grosse claque attendue a frappé avec une intensité dépassant les attentes les plus enthousiastes et optimistes. Cloud Atlas s’impose ainsi au bout de ses 2h50 comme un jalon incontournable de l’Histopire du médium. Une expérience sensitive qui transporte littéralement son auditoire grâce à une savante adéquation entre mise en scène et musique, découpage et construction sonore, pour faire d’un montage d’une complexité effarante (de par la diversité des plans provenant d’espace-temps différents) un récit aussi limpide et lyrique que la symphonie en six mouvements du compositeur maudit Frobisher (Ben Wishaw).
Le film nécessite d’autres visions, ne serait-ce que pour la jubilation ressentie face à ce spectacle total d’une grande finesse et sagesse, pour une réflexion plus poussée et évoquer avec plus de précision l’incroyable schéma directeur s’incarnant et s’imbriquant dans six histoires se déroulant à des époques éloignées (on part du voyage de l’avocat Adam Ewing sur un négrier en 1849 pour aboutir à un futur post-apocalyptique en 2321 en passant par les seventies ou Néo-Séoul de 2144) et les thématiques mises en scène.
Pour l’instant, il importe de savoir que le trio de réalisateurs, Lana et Andy Wachowski, Tom Tykwer, transcende admirablement le roman Cartographie des nuages de David Mitchell (2004) avec une telle habileté et une aisance apparentes que tous leurs choix semblent frappés du sceau de l’évidence. Histoires d’amours, de libération, de transmission, Cloud Atlas n’a strictement rien à voir avec un prêchi-prêcha New-Age à tendance lelouchienne comme déjà décrit par certains. Porté par une direction artistique (décors, costumes, maquillages, photo) et d’acteurs (Tom Hanks, Halle Berry, Hugo Weaving, Hugh Grant, entre autres,  tiennent les rôles de leurs vies) phénoménales, Cloud Atlas émeut au plus haut point. Et puis le film peut s’envisager comme un prolongement à leur saga Matrix et Speed Racer, après s’être émancipé des dogmes de la matrice, entrevu l’échappatoire formée par l’Art comme source d’élévation, les Wachowski et Tykwer à leur suite empruntent cette ouverture constituée et en arpentent les potentialités. Cloud Atlas qui s’avère en outre un ahurissant écho à Bound, leur premier film, puisque là encore il s’agit d’une histoire d’amour qui ne pourra être vécue qu’en se défaisant de contingences entravantes.  Comme le dit la tagline du film, « everything is connected »
Le 13 mars prochain, préparez-vous à vivre une expérience sensationnelle dont vous aurez malheureusement l’impression qu’elle sera passée à la vitesse d’un étoile filante traversant les cieux.

Nicolas Zugasti

Bande-annonce de Grabbers

Bande-annonce de Cloud Atlas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s