Home

Patar & Aubier
© Alain Lorfevre

Ce pourrait être un duo de dessin animé, un numéro de comiques ou l’attraction principale d’un buddie-movie cool et belge. C’est, au final, tout cela à la fois et même plus : une association de bienfaiteurs du cinéma d’animation créatif et artisanal, faussement bouts de ficelle et réellement minutieux. Car la mécanique déployée dans leurs travaux se révèle d’une grande justesse et précision de rythme, narration échevelée et intrusion de gags tous plus énormes les uns que les autres. Du Pic-Pic André Shoow à leur long-métrage Panique au village dérivé de leur série du même nom sur Canal+, Stéphane Aubier et Vincent Patar, qui se sont rencontrés à l’Institut des Beaux-Arts de Saint-Luc à Liège en 1986, ont bâti un univers qui n’appartient qu’à eux, et se posent aujourd’hui comme la référence d’un « cinémanimé » bien azimuté dans nos contrées francophones.
Brève rencontre à l’occasion de la sortie dudit Panique au village.



Versus : Question bateau pour commencer : quelles sont vos influences globales ?

Patar & Aubier : Côté personnages : Laurel & Hardy, mais aussi tous les bons souvenirs du cinéma muet et du cinéma des années septante. Tous ces trucs qu’on voyait à la cinémathèque… Et puis les vieux courts-métrages d’animation des Frères Fleischer, Félix le Chat, Betty Boop. Des scénarios un peu débiles, de l’écriture automatique.
Oh, et puis, les frères Coen et… comment déjà… ce film avec un magot dans l’avion qui s’est écrasé… Un Plan simple, oui, voilà ; Sam Raimi !
Mais l’inspiration vient aussi du quotidien, de la rue, des gens qu’on croise, et même des pets de chien (rires).
Et Jules Verne, pour le coup, est une influence directe pour Panique au village, avec ces aventures aquatiques et les Atlantes de la mare.

Versus : Jusqu’où peut-on aller d’après vous dans la manière d’insuffler la vie à des personnages, qu’ils soient sur celluloïd ou en stop motion / en volume ?

Patar & Aubier : Pour nous la technique permet de rejoindre l’idée de base qui est la spontanéité. On cherche à éliminer le côté laborieux, à diminuer les étapes de travail pour gagner en instantanéité. Avec Panique, on développe une technique qui nous permet d’aller au-delà de toute contrainte. La fabrication est assez rapide, facile, avec des objets simples devant la caméra. Dès que la voix se fait entendre, l’univers composé prend vie. Il faut privilégier le naturel, éviter que le spectateur perçoive l’acteur derrière le micro. C’est une étape de personnalisation ultime. On recherche ainsi des couleurs qui nous surprennent ; les comédiens sont là depuis le début pour la plupart, donc la familiarité qui s’est créée entre nous aide bien sur ce point.
Et il n’y a pas de « lipping » : on peut prendre des libertés au moment du mixage, changer une expression, une réplique – rechercher la spontanéité une fois de plus, trouver le rythme approprié.

Versus : Quelle technique d’animation préférez-vous ?

Patar & Aubier : On aime toutes les techniques. Pour Panique, si on était dans du traditionnel, sur papier ou cellulo, on ne raconterait pas la même chose, le support dicte l’histoire. Et ce serait moins drôle. On cherche surtout un choc des dimensions, un contraste des choses, c’est ainsi que nous voyons les effets spectaculaires : par exemple l’énorme tartine de Nutella que Steven le fermier avale au petit-déjeuner. Ce sont les concepts de base : prendre un truc tout simple, extraordinaire dans sa banalité et le tordre, l’exagérer, trouver une manière de le rendre « énorme ».



Versus : Votre avis sur le cinéma d’animation du moment ?

Patar & Aubier : On est curieux, on apprécie ce qui se fait. Pixar, Coraline… On a vu aussi de très bonnes choses à l’Étrange Festival. Notamment Logorama, du Studio H5. À Annecy, y’avait ce court-métrage danois, une animation faite avec trois fois rien, des bouts de carton et de très bons bruitages ; c’est punk, quoi. L’histoire d’un petit gars qui habite un petit truc et il regarde Ivanhoé en cassette… L’anecdote anime deux objets en interaction.

Versus : À quand le retour de Pic-Pic et André, pourquoi pas en long-métrage ?

Patar & Aubier : L’envie est là, mais il faut garder le côté spontané, un peu brut. La dernière fois qu’on les a animés, c’était en 1999. Pas sûr que ça fonctionnerait pour un long-métrage. Et le style graphique de chacun des deux personnages est très différent, André se rapprochait de l’Alinéa. On avait pensé à les faire vivre dans un même cadre, mais chacun dans un écran au style graphique différent, jusqu’à les rapprocher, et les unir dans un dessin unique. En tout cas ce duo est la base de notre travail. Mais le trio, on aime bien aussi, la preuve. Surtout le trio léonien, Le Bon, la Brute et le Truand, dont on retrouve un peu les traits de caractère chez Cheval, Cowboy et Indien.



Propos recueillis par Stéphane LEDIEN

> Panique au village de Vincent Patar & Stéphane Aubier > sortie le 28 octobre 2009
Lire aussi notre « point de vue » (critique du film) dans VERSUS n° 17





Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s